Coworking pour une TPE/PME : retour sur investissement insoupçonné !

20 avril 2020

Les espaces partagés sont plus que de simples espaces physiques. Explications.  

 

Encore rares il y a une dizaine d’années, les espaces de coworking sont toujours plus nombreux dans le monde (22 000) et drainent désormais 2.2 millions d’utilisateurs, soit 28 fois plus qu’il y a 7 ans selon Global Coworking Survey 2019 ! La France, dont le maillage territorial se densifie d’année en année, n’est pas en reste. Ces espaces proposent aux coworkers de partager un espace de travail tout en profitant d’un équipement mutualisé, et cela à des tarifs accessibles. Alors, simple tendance de lieux « hipster » ou « bobo » ? Pas si sûr. De plus en plus d’entreprises, notamment des PME, franchissent le pas parce que les bienfaits à court et à plus long terme ne leur ont pas échappé.

Collaboratif, collectif, coopératif

 

Celles qui cèdent aux sirènes des espaces mutualisés ont bien compris que les mentalités ont largement évolué vers le caractère essentiel du « co » de coworking : collaboratif, collectif, coopératif…

« Nous apprécions ce que nous nommons les petits conforts supplémentaires : la durée de trajet réduite parce que le lieu est central, l’aménagement de l’espace, la facilité de paiement, mais aussi l’esprit de communauté », déclare ce salarié d’une PME du secteur informatique qui compte 200 salariés, dont une trentaine se rend dans ce genre d’endroit.

Si les grands groupes toujours très rationnels investissent aussi 20% des espaces partagés, c’est parce qu’il n’est pas seulement question d’un espace physique, mais aussi d’un état d’esprit et d’un mode de travail. Vous avez dit énergie positive ? Le travail collaboratif teinté d’esprit communautaire est un cocktail essentiel à la créativité, si vitale aujourd’hui. « Ceux qui gèrent ces espaces sensibilisent d’ailleurs quotidiennement à ces notions de cotravail, de participation à des tâches communes et d’autodiscipline », précise ce dirigeant d’une entité spécialisée dans la production de fictions audiovisuelles. Ces lieux sont l’occasion de tester des méthodes innovantes initiées par les freelances et les startuppers qui cherchent constamment à réaliser des économies par le partage et à véritablement prendre le tournant numérique… Bref, de quoi rajeunir sa culture d’entreprise au contact d’éléments dynamiques, acquérir les codes de la socialisation, de la mutualisation des connaissances et de l’entraide… Cette richesse sociale est inestimable, en ce sens qu’elle facilite la propension des salariés d’une PME à travailler en mode projet. Après « l’homme-fonction » des grands groupes, l’espace de coworking a créé « l’homme-projet ».

 

Ambiance cool, réseautage et marque employeur

 

Il existe d’autres avantages plus prosaïques.

-Premièrement, la pratique est aussi propice à la marque employeur de TPE-PME en mal de recrutement. L’entreprise présente sur un espace de coworking propose plus facilement du travail en mode agile, collaboratif, à mi-chemin entre le confort du home office et la richesse sociale du travail en entreprise. De quoi attirer des talents créatifs férus de cadres ouverts et de cultures d’entreprise horizontales et humaines qui favorisent la sérendipité. En outre, ces espaces sont généralement situés dans des zones centrales et attrayantes ; l’argument n’est pas négligeable dans les métropoles étendues et embouteillées.

-Deuxièmement, le coworking offre la possibilité de travailler son réseau et même à termes de faire du business avec des acteurs qui ne sont pas forcément du même secteur mais qui ont la même vision du travail. Selon diverses études, 70% des lieux de coworking organisent des évènements pour les membres de leur communauté dont les problématiques sont communes. 75% des gestionnaires d’espaces ont observé des synergies business entre les coworkers de leurs espaces… « Nous avons finalement collaboré avec des acteurs que nous n’aurions pas démarchés, comme ce consultant qui a organisé un séminaire RH dans les locaux et qui avait besoin de supports vidéo », illustre ce spécialiste de la production audiovisuelle.

 

Un coût plus avantageux que prévu

 

« L’association existait depuis 2 ans et nous n’étions pas structurés quand nous avons opté pour cette option clé en main. Elle pouvait paraître onéreuse au départ, mais si on met bout à bout toutes les charges inhérentes à un local, la solution s’est finalement révélée idéale pour mettre le pied à l’étrier de notre entité émergente qui n’avait pas de visibilité quant à son évolution et ne pouvait pas se permettre d’emblée un bail 3-6-9 », reconnaît ce chef d’entreprise. Exagéré ? Pas tant que ça si on prend en compte toutes les dépenses de l’exploitant du site de travail partagé. Ainsi, une simulation (*) montre qu’un poste dans un espace de coworking de Bordeaux revient à 300€ par mois en bureau privatif – et à 240€ en bureau ouvert – contre 377€ avec une solution classique pour 10 postes (et 361 pour 20 postes) ! A Lyon, les chiffres peuvent atteindre 350€ dans un espace de coworking en bureau ouvert contre 403€ en solution classique pour 10 postes (et 378 pour 20 postes) !

Des dirigeants de TPE/PME pensent aussi au jour où ils voleront de leurs propres ailes en optant pour des locaux classiques : nombre d’entre eux se réjouissent de disposer d’une liste d’éléments à cocher parce qu’ils contribuent réellement au bien-être des salariés et auxquels « ils n’auraient pas forcément pensé » – comme la livraison de repas frais et généraux au bureau, ou encore de paniers de fruits et légumes directement issus du producteur… De quoi influencer les choix d’implantation futurs de nombreuses entreprises…

Chiffres clés

 

Le coworking demain en France

 

-Le marché du coworking n’en serait qu’à 10 % de son potentiel. Dans 10 ans, il y aura 10 fois plus d’espaces de coworking en France. C’est un phénomène parallèle au développement du flex-office. Et même complémentaire. On est aujourd’hui dans une phase qui a démarré en 2010, et qui se terminera en 2025, quand les grands Groupes auront basculé la moitié des collaborateurs en mobilité et en desk sharing.

 

71% des membres d’un espace de coworking y travaillent au moins 3 fois par semaine.

 

42 % ont collaboré avec un autre membre sur un projet et 11 % ont cofondé une société.

 

(Source : 2017 Global Coworking Survey)

(*) Il s’agit de consolider l’ensemble des coûts liés à la gestion d’en espace de travail : loyer, charges de l’immeuble, électricité, Internet, eau, reprographie, maintenance (interventions de professionnels et pièces à changer), consommables (café, thé, sel, sucre, sopalin…), ménage, temps RH qui y est consacré, amortissement mobilier et de l’aménagement. La simulation se base sur des hypothèses de dépenses moyennes et de coût de la vie dans les différentes villes étudiées.

Restez informés
Restez
informés
En vous inscrivant à la newsletter vous acceptez de recevoir des mails de WALTER sur notre actualité et nos offres en cours. Nous partageons les données avec Mailchimp (US) notre outil mailing. Voir comment vos données sont traitées. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire dans la partie basse des Newsletters envoyées, ainsi que dans votre espace client si vous en disposez d’un.
WALTER utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage).